Source: ladepeche.fr Publié par: CYRIL BRIOULET le 10/08/2018

C’est un chiffre qui interpelle. Depuis les dernières élections municipales de 2014, plus de mille maires ont démissionné de leurs fonctions en France. 1021 exactement. Des départs volontaires uniquement, pas des démissions suite par exemple au cumul des mandats. C’est 90 % de plus que sur la même période du mandat précédent.

Une écrasante majorité des élus qui ont démissionné étaient à la tête de communes de moins de 2000 habitants. La Côte d’Or arrive en tête, suivie par le Pas-de-Calais et l’Aude. Plus de vingt maires ont quitté leurs fonctions dans l’Aude d’après les chiffres du répertoire national des élus rendu public par le Figaro. D’autres départements d’Occitanie n’échappent pas au phénomène : entre 10 et 19 maires ont choisi de jeter l’éponge en Haute-Garonne, dans le Gers, les Hautes-Pyrénées, le Tarn et le Gard.

Ras-le-bol général

Plusieurs ex-premiers magistrats évoquent “un sentiment général de ras-le-bol” entre la suppression de la taxe d’habitation, la baisse des dotations de l’Etat aux communes ou la diminution des contrats aidés. Plus d’un tiers des maires ont d’ailleurs quitté leurs fonctions depuis l’élection d’Emmanuel Macron il y a quinze mois. “Dans les petites villes, le maire, et à la rigueur, sa secrétaire sont le principal point de contact auquel les habitants ont accès”, explique au Figaro Luc Rouban, chercheur au Cevipof (centre de recherches politiques de Science-Po). Dès qu’il y a un problème ou une fermeture de service public, même si c’est un enjeu national, le maire concentre toutes les attentions et toutes les critiques”.

D’autant qu’avec la généralisation des communautés de communes, les maires ont perdu des compétences. “Si un trottoir est un peu défoncé, il faudrait que le lendemain ce soit réparé”, explique Claude Descamps qui a démissionné de la mairie de Prayssac dans le Lot à l’automne dernier.

658 € brut par mois

Le “métier” de maire d’un village, avec ses contraintes, ses responsabilités, ses occupations chronophages, est en plus peu rémunéré. Le maire d’une commune de moins de 500 habitants perçoit un traitement de 658,01 € brut par mois. La rémunération est double pour une commune de 500 à 999 habitants.

Ces désistements inquiètent à deux ans des prochaines élections municipales. Et si plusieurs villages n’avaient aucun candidat en 2020, qui dirigerait la mairie ? La préfecture nommerait dans un premier temps une délégation spéciale chargée des actes administratifs les plus urgents pendant trois mois. Si aucun candidat n’est toujours pas déclaré, un préfet peut même dissoudre une commune et la rattacher à une commune voisine.